Nouvelles et articles

Pleins feux sur les volontaires de JA Ottawa : Jason Hunt

|

Ce mois-ci, nous sommes fiers de présenter un bénévole de JA Ottawa : Jason Hunt ! JA Ottawa enseigne la littératie financière et l’entrepreneuriat aux élèves de la 6e à la 12e année, et nous comptons sur les bénévoles virtuels pour partager leurs compétences avec la prochaine génération.

1.            Parlez-nous un peu de vous…  

Je suis né et j’ai grandi à Ottawa, et j’ai vécu à Orléans toute ma vie. Quand vous parlez d’Orléans à quelqu’un d’Ottawa, on vous regarde avec sympathie en pensant qu’Orléans est à une heure du centre-ville — ce n’est qu’à 15 minutes de route! Je travaille en tant que conseiller dans le secteur des family offices de First Avenue Investment Counsel. Notre pratique est axée sur les familles à valeur nette élevée. Nous sommes véritablement les conseillers et les professionnels de confiance dans la vie de nos clients, ce qui est un honneur. Dans ma vie personnelle, j’ai un petit chien, un yorkshire terrier nommé Jackie. Même s’il ne pèse que 6 livres, il est bien entêté et ne cède pas sa place. Si vous me cherchez, il est fort à parier que vous me trouverez dans la salle d’entraînement de mon garage en train de faire du CrossFit. 

 
2.           Qu’est-ce qui vous a décidé à faire du bénévolat pour le programme JA du ROPE? 

L’éducation est si importante pour moi. Enfant, je n’étais jamais l’athlète vedette ou un artiste exceptionnel; j’excellais en classe. C’était tellement valorisant d’avoir une tribune pour montrer ce que je pouvais faire. Il va sans dire que l’éducation est un facteur important, sinon le plus déterminant, de la qualité de vie future. Cela dit, ce ne sont pas tous les élèves de notre collectivité qui ont accès aux ressources et au soutien pour recevoir la meilleure éducation possible, en raison de circonstances souvent hors de leur contrôle. Je veux faire mon possible pour les appuyer et leur offrir la meilleure chance possible. 

 
3.            Quelle est votre philosophie de vie? 

D’abord, les revers sont inévitables. Avec le recul, si je pouvais revenir en arrière et éviter ces échecs, je ne le ferais pas. Même s’ils étaient stressants et difficiles sur le coup, j’y repense et je constate qu’il s’agissait d’étapes charnières dans ma vie; j’ai appris à mieux me connaître, et ces moments menaient à quelque chose de nouveau (et souvent mieux). Deuxièmement, on l’a déjà dit, mais rien ne vaut le travail acharné. Presque tout ce que j’ai réalisé dans ma vie est une conséquence directe de travail persévérant. 

 
4.            Si vous aviez une machine à remonter le temps, en quelle année iriez-vous et pourquoi? 

Vous savez quoi? Je ne pense pas vouloir être ailleurs que dans le moment présent. Je m’efforce de rester dans l’instant présent. Je passe trop de temps à me projeter dans l’avenir et à m’inquiéter. 

 
5.            Supposons que pendant 24 heures, vous pouvez vous approprier le mérite de n’importe quelle œuvre d’art — chanson, film, livre, etc. — laquelle choisiriez-vous?    

Si je pouvais m’approprier le mérite d’une autre personne, je choisirais sans hésitation la carrière dans la Ligue majeure de baseball de Roy Halladay. Je ne le choisis pas parce que j’aimerais savoir ce que c’est d’être un des meilleurs lanceurs dans l’histoire des Blue Jays; je le choisis plutôt pour la façon dont il a mené sa carrière. J’ai beaucoup de respect pour son processus de préparation avant chaque match, sa discipline personnelle et le fait qu’il ne s’attribuait pas le mérite de ses exploits sur le terrain. Il n’était jamais question de lui; l’essentiel, c’était ses coéquipiers. Roy est certainement un de mes héros. 


 
6.           Quelle est la perle rare que vous préférez à Ottawa?  

Il y a une petite boutique de tailleur à Ottawa, Raymond Tailor, géré par un tailleur nommé Raymond. Il ne fait pas de publicité; il a fait croître son entreprise par le bouche-à-oreille. C’est un trésor caché. Le commerce se situe sur la rue George, dans un sous-sol sous La Bottega — il faut vraiment savoir où se rendre pour ne pas le manquer. Raymond est toujours si chaleureux et accueillant, et son travail est de grande qualité. Apportez-lui un thé vert et il sera encore plus ravi de vous voir. 

 
7.           Quelle a été la plus grande leçon de l’année qui vient de passer et qu’est-ce que cela vous a appris sur vous-même?

On dit souvent aux autres qu’on comprend ce qu’ils ressentent, et on peut essayer de mieux comprendre leur expérience, mais sans le vivre, on ne peut pas réellement comprendre. La pandémie a été difficile pour beaucoup, et elle a isolé tant de gens. Pour moi, la principale leçon a été de mieux comprendre que tant de gens de notre communauté se sentent isolés et seuls. moi, J’essaie de prendre contact avec des gens de mon entourage à qui je ne parle pas assez souvent, simplement pour leur dire bonjour. 

Si vous êtes intéressé à faire du bénévolat pour JA Ottawa, consultez la page de notre programme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.