Nouvelles et articles

Pleins feux sur les volontaires de l’éducation du ROPE: Yusuf Khalid

|
Yusuf Khalid
Yusuf Khalid

À l’occasion de la Semaine nationale du bénévolat, l’ROPE met en lumière certains des bénévoles qui font un travail remarquable au sein de nos communautés pour alimenter et stimuler l’apprentissage !

  1. Parlez-nous un peu de vous…(D’où venez-vous? Avez-vous des enfants? Des animaux domestiques? Des loisirs?)…

 Je suis récemment diplômée de l’Université d’Ottawa où j’ai obtenu un baccalauréat en commerce avec spécialisation en comptabilité. Je suis né à Nairobi, au Kenya, et ma famille a immigré au Canada lorsque j’avais 3 ans. Dans mes temps libres, j’aime faire de l’exercice, jouer au golf et aux jeux vidéo. Je suis également un grand voyageur et un passionné de cuisine.

2. Qu’est-ce qui vous a décidé à faire du bénévolat pour le programme Bénévoles dans l’éducation du ROPE? 

L’éducation m’a toujours intéressé. Je pense que l’éducation permet de résoudre pratiquement tous les problèmes du monde, dans toutes les sociétés. Je compte terminer mon baccalauréat en éducation très bientôt et le bénévolat que je fais dans le cadre de ce programme me permet de gagner une expérience précieuse et de rendre à mon tour service à la collectivité, ce qui est également très important pour moi.

3. Quelle est votre philosophie de vie?

J’ai plusieurs philosophies de vie, mais celle qui me tient particulièrement à cœur en ce moment est « carpe diem », « cueille le jour présent ». Au sortir de cette pandémie, je ne veux rien tenir pour acquis. Je veux tirer le meilleur parti de chaque jour.

4. Si vous aviez une machine à remonter le temps, en quelle année iriez-vous et pourquoi?

Si j’avais une machine à remonter le temps, je retournerais dans les années 1950 et rencontrerais mon grand-père du côté paternel. Malheureusement, il est décédé avant ma naissance. C’était un homme extraordinaire qui a accompli de grandes choses dans sa vie et j’aurais beaucoup aimé le rencontrer.

5. Supposons que pendant 24 heures, vous pouvez vous approprier le mérite de n’importe quelle œuvre d’art – chanson, film, livre, etc. – laquelle choisiriez-vous?  

Je ne peux pas dire qu’il y a quelque chose dont j’aimerais m’attribuer le mérite, mais ce serait incroyable de faire partie d’une équipe qui a gagné le Super Bowl pendant 24 heures et d’en obtenir le mérite. Comme quart-arrière par exemple, ou quelque chose comme ça.

6. Quelle est la perle rare que vous préférez à Ottawa? (Ce peut être un parc, un restaurant, un magasin, etc.)

La perle rare que je préfère à Ottawa, c’est mon restaurant préféré, Carben. Il n’est pas aussi connu que d’autres restaurants agréables comme Riviera ou Mati, mais il est tout aussi bon, sinon meilleur…!

7. Quelle a été la plus grande leçon de l’année qui vient de passer et qu’est-ce que cela vous a appris sur vous-même?

Je pense que la plus grande leçon que j’ai apprise cette année est de vivre dans le moment présent. J’ai appris que tout dans notre vie peut changer en une fraction de seconde et que nous devons donc apprécier la vie du mieux possible, chaque jour. Nous devons apprécier les choses que nous tenions pour acquises, comme manger au restaurant avec des amis, aller au cinéma ou même aller en salle de sport. Cela rejoint ma philosophie du carpe diem. Cette année m’a appris que j’avais l’habitude de trop m’inquiéter de l’avenir et du passé et que, ce faisant, je passais à côté du présent. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *